Les 4 Soeurs à la maison : semaine 5

QUATRE SŒURS À LA MAISON

Semaine 5 :  Les vacances, bof ?

« C’est les va-can-ces. »

Cette petite phrase tourne dans ma tête depuis hier soir et je n’arrive pas à être enthousiaste.

Pourtant, j’ai fait des tentatives. Hier soir, après avoir posté mon DERNIER devoir pour quinze jours, je suis allée voir mes deux petites sœurs que j’entendais crier de joie. Lisa rangeait son cartable au fond du placard en chantant :

 

- C’est les vaaaaacances ! Trop cooool ! 

- Youppiiiii ! hurlait Luna en sautant sur son lit avec Moumouss, sa licorne-doudou nauséabonde. Plus d’écooooole !

Adossée à la porte de leur chambre, j’ai croisé les bras et j’ai attendu qu’elles se calment avant de déclarer :

 

- Vous savez, c’est la cinquième semaine de confinement. Ça fait 28 jours que vous n’y allez plus, justement, à l’école. Alors, les vacances... franchement...

Les deux petites L m’ont regardée, les yeux écarquillés.

 

- On a travaillé TOUS LES JOURS et toi, tu dis que les vacances ne comptent pas ? a lancé Luna d’un air mécontent.

- Ce n’est pas parce que tu n’as plus AUCUN DEVOIR pour le collège qu’on est toutes comme toi ! a crié Lisa, les deux poings sur les hanches. Figure-toi que Luna et moi, on est fa-ti-guées.

- Oui, madaaame. Et les vacances, on les a mé-ri-tées !

J’ai voulu me justifier en rétorquant « Bien sûr que si, je travaille, moi aussi, même qu’un seul devoir d’histoire-géo, ça me prend des jours et des nuits ». Les deux petites L ont secoué la tête en mode « Tu viens de commettre une faute impardonnable ».

J’ai préféré rebrousser chemin mais j’ai gardé ce malaise indéfinissable que j’appellerais
« Les vacances ? Bof ! ».

Ce matin, au petit-déjeuner, je contemple mon bol en me disant qu’AUCUN.E AMI.E ne m’attend (puisque je n’ai le droit de voir PERSONNE), qu’AUCUN LOISIR EXTÉRIEUR ne m’est autorisé non plus (puisqu’on sort à peine !) et qu’il va falloir vivre ainsi quinze jours. Moi, je n’appelle pas ça des vacances.

 

- Hello, beauté fatale. Comment va la vie, ce matin ?

Lou vient de débarquer dans la cuisine, en jean, tee-shirt, lunettes noires ET casquette.

 

- Tu sais qu’il n’y a pas de soleil ici ? je lui demande.

- Ouvre les yeux, Laure : les oiseaux chantent, les fleurs poussent dans les jardinières, le ciel est bleu. C’est le printemps et l’été est bientôt à nos portes...

- Oui, à nos portes FERMÉES. C’est clair.

Lou pose le bol qu’elle vient d’attraper sur la table et enlève ses lunettes noires. Elle se penche un peu vers moi pour me regarder dans les yeux et déclare :

 

- Ouh là là, l’heure est grave. Lisaaaa, Lunaaaa ! Réunion de crise immédiate.

 

Les deux petites L surgissent à la vitesse de la lumière. Les « réunions de crise » ont lieu régulièrement dans la famille Juin. Dès que l’une des 4 L a un gros souci ou un grand chagrin, les trois L restantes tentent toujours de trouver une solution, ou au moins de la consoler durablement.

- La question du jour est : comment aider Laure à retrouver le moral ? annonce Lou qui ouvre souvent les séances.

- Je vais très bien ! je proteste alors que mes trois sœurs m’entourent. C’est juste que... que...

- ... que tu n’as pas la pêche du tout ! me coupe Lou en prenant l’air de notre mère quand elle nous juge « pâlichonnes ». 

- Moi j’ai une super idée, lance Luna (LA machine à idées des réunions de crise). On n’a qu’à faire venir Justine et Ulysse à la maison tout à l’heure pour une soirée pyjamaaaa ! Et on prépare plein de cookiiiies !
 

Comme on la fixe en levant les yeux au ciel, Luna grimace avant de concéder que « oui, elle a UN PEU oublié que c’était le confinement mais c’était une bonne idée, non ? Et pour les cookies, on peut quand même en préparer, hein ? »

- Il paraît que le soleil c’est super important pour le moral, déclare Lisa. Et il nous aide à fabriquer de la vitamine pour notre corps. De la A, je crois. Ou B ? Peut-être de la C ? En tout cas, j’ai lu que...

- La vitamine D ! la coupe Lou pour éviter d’entendre
« dix minutes médicales selon Lisa ». Oui, le soleil nous fait du bien, je suis entièrement d’accord. Alors pour Laure, une matinée plage, ça vous dit ?

 

Lisa, Luna et moi, on se tourne en même temps vers notre sœur aînée qui a remis ses lunettes de soleil.

- Let the sun shine ! crie-t-elle en quittant la cuisine. Rendez-vous chez moi dans quinze minutes, nous prévient-elle depuis le couloir. En mode plage, vacances et coolitude, OK ?

 

Quand Lou a un grain de folie, elle le pousse jusqu’au bout.
Et côté grain de folie... on n’est pas sœurs pour rien ! On la rejoint dans la demi-heure en look « total touriste » ! J’ai mis un paréo autour de ma taille, un tee-shirt fluo et le grand chapeau de paille de ma mère, Lisa a enfilé un bermuda à fleurs sur un maillot une-pièce rose bonbon et Luna porte son maillot à froufrous avec un sac de plage licorne, des lunettes en forme de soleil et un bob dix fois trop grand pour sa tête.

- Mission réussie, déclare notre sœur qui a enfilé un short à la place du jean. C’est top ! En route, les filles. J’ai pris les serviettes !


On s’assoit toutes sur le lit de Lou qui nous explique qu’on va rouler jusqu’à Confinéa-Plage.

- Mais tu es encore en conduite accompagnée, proteste Lisa qui respecte toujours les règles.

- T’inquiète, j’ai mon permis spécial confinement, répond Lou en faisant mine de tenir un volant.
 

Pendant le trajet, j’en profite pour faire un selfie de nous quatre. Je l’envoie à Justine qui me répond dans la seconde :

 

Vous êtes tjs aussi dingos les sœurs Juin ! Vous faites quoi en mode été ?

 

Direction le soleil ! Je manque de vitamine D il paraît. Je te raconterai.

 

Ensuite, j’éteins mon portable parce que la plage, c’est sacré.

Allongées sur nos serviettes (à l’endroit le plus ensoleillé du salon), on pousse toutes un soupir de bonheur.

- Vous voulez que je fasse le bruit des vagues ? nous demande Luna. Ou celui des mouettes ? Je le fais très bien. Criiiii Criiiiiii.
 

Notre petite sœur n’a pas le temps de pousser un troisième Criii. Trois mains se posent en même temps sur sa bouche. Lou allume une petite enceinte et on passe le reste de la matinée à papoter tout en écoutant sa playlist. Lisa nous tend régulièrement son tube de crème solaire pour éviter les coups de soleil et quand je propose un pique-nique, je deviens la « sœur la plusse top de toutes les sœurs de l’uniiiiivers » d’après Luna.

Vers 14 heures on décide de plier bagage.

- C’était dommage de ne pas pouvoir se baigner, la marée était trop basse ! déclare Lou en me faisant un clin d’œil.

- C’était très cool quand même, je réponds avec un grand sourire. Et je crois avoir eu ma dose de vitamine D. Merci, les filles !

 

J’envoie des bises à travers le salon mais certaines n’ont pas le temps d’atterrir sur les joues de leurs destinataires : mes deux petites sœurs ont déjà disparu en courant !

Je me sens vraiment mieux quand je regagne ma chambre. J’ai un projet que je compte bien terminer. Depuis que Lisa et Luna écrivent des lettres aux pensionnaires d’un EHPAD de la région parisienne, je dois réaliser un dessin par semaine « pour décorer leur salle de jeux », m’a expliqué Lisa.

- Tu vois, c’est une salle un peu comme une cour de récré, mais les papis et les mamies ne jouent jamais à chat. Et il n’y a pas de toboggan, a ajouté Luna au cas où je n’aurais pas compris.
 

Après l’intermède de la plage, j’ai très envie de dessiner un beau paysage de mer. Je n’ai pas le temps de poser mon crayon sur ma feuille que mon portable, que je viens à peine de rallumer, vibre.

Alors ? Vous êtes rentrées de Tahiti ? me demande Justine.

Oui, beau voyage. Ça manquait un peu d’eau mais CT cool et toi ?

Ce sont les meilleures vacances de ma vie ! Yan est parti 15 jours chez notre père. Youppiiiiiiii ! Je fais une danse de la joie sans frère dans ma chambre depuis environ 52 minutes.

 

En reposant mon téléphone, je m’imagine toute seule à la maison, sans mes sœurs, si mes parents étaient séparés comme ceux de Justine. Ce serait terrible. Je saisis à nouveau mon portable pour aller au bout de ma réflexion.
 

Ulysse je pense à un truc. C pas HORRIBLE en ce moment d’être fils unique ?
 

Mon Best Friend me répond très vite.
 

Je suis seul avec moi-même. Et moi-même est une compagnie passionnante.

Même en confinement ?

Encore plus : je m’auto-intéresse beaucoup ! Bon il m’arrive parfois de m’auto-fatiguer...
 

Ulysse m’envoie un selfie où il pose près de sa tente sur le balcon, drapé dans une toge-drap ! Il ajoute en commentaire :
 

Dès que possible je t’invite à une soirée pyjama-tente. Je t’expliquerai la vie d’Ulysse, le bonze du confinement.
 

J’envoie une série de pouces en l’air pour lui montrer à quel point il me tarde...

Mes amis me manquent, mais à chaque fois que nous échangeons ainsi, c’est un peu comme si je faisais le plein d’amitié pour tenir jusqu’au lendemain.

Pour tenir déjà jusqu’à ce soir sans manquer d’énergie, je pars chercher une barre de céréales au chocolat ! Les bruits bizarres qui sortent de la salle de bains m’arrêtent en chemin.

- Lou, c’est toi ? je demande en tapant à la porte.
 

Ma sœur aînée passe sa tête dans le couloir depuis sa chambre. En me voyant froncer les sourcils, elle s’approche. On entrebâille la porte de la salle de bains très lentement. Le spectacle qui s’offre à nos yeux est incroyable.

- Mais qu’est-ce que vous faites ? murmure Lou, aussi stupéfaite que moi.
 

Toujours en maillot, les deux petites L nagent dans la baignoire remplie à ras bord, masque et tuba au visage. Leurs serviettes trempées gisent au sol dans une mare d’eau. Lisa a encore la tête sous l’eau et Luna lui tape sur l’épaule en louchant vers nous d’un air coupable avant de déclarer :

- Ben, on finit la journée plage.

- Chvvv chaa rrr eutt ch ffffrt, explique Lisa qui émerge en oubliant d’enlever le tuba de sa bouche.

- Oui, parce que la mer était trop loin dans le salon. Là, c’est mieux, on se met un peu dans l’eau et un peu sur la plage, continue Luna en désignant le tas informe de serviettes à terre.

- Essaie, Laure, ajoute Lisa (sans son tuba), c’est bien aussi pour la vitamine B.

- La vitamine D, la corrige Lou. Je dois quand même vous dire que là, c’est du grand n’importe quoi, les filles !
 

Je ne peux pas m’empêcher de rire en regardant Luna sortir du bain, en maillot à froufrous dégoulinant, et s’allonger sur une serviette trempée pour faire une « bronzette sous les sunlights de la salle de bains ».

- Allez, on quitte Confinéa-Plage pour de bon ! annonce Lou tout en ramassant les serviettes qui ruissellent.

- Vous avez intérêt à ranger la salle de bains avant le retour des parents, j’ajoute en essayant de prendre un air sévère.

En dévorant ma barre de céréales un peu plus tard dans la cuisine, je souris en repensant aux deux petites L.

- Tu as déjà meilleure mine que ce matin, observe Lou en pianotant sur son portable.

- Le soleil, il n’y a rien de tel !

- Le soleil et… l’amour, ajoute ma sœur d’une mine rêveuse. Max est si romantique en ce moment. Chacun de ses messages me transporte.

- À la limite, c’est presque dommage que vous vous revoyiez après le confinement, je réponds. Votre séparation a enflammé votre amour et vous ne vous disputez plus DU TOUT !
 

Je m’attends à ce que Lou proteste mais, à mon GRAND étonnement, elle reste songeuse, penchée sur son écran.

- Oui. C’est étrange comme nos échanges s’enrichissent de cette absence pesante. Mon cœur saigne de ne plus te voir Mon âme se nourrit d’un espoir...


Visiblement, c’est la dernière production de Max-Baudelaire. Je me contente de hocher la tête prudemment.

- Et toi au fait, où en es-tu avec ton mystérieux inconnu ? me demande soudain Lou. Toujours dans le flou ?

- Il est moins poète que Max, je réponds en sortant mon portable pour lire le dernier message que j’ai reçu. La semaine dernière, il m’avait dit qu’il adorait les mystères... Je lui ai répondu :
« Un mystère en confinement est encore plus difficile à découvrir. Jusqu’à quand tu comptes te cacher ? Et derrière quelle fenêtre le fais-tu ? ».
Son retour d’hier, c’est : « Je ne me cache pas derrière une vitre, tkt, je fais partie du flot de ta vie... dans la vie réelle ! ».

- Waouh ! commente ma sœur aînée. Le « flot de ta vie » ? C’est peut-être un surfeur de Confinéa-Plage que tu as loupé !

- Justine et moi, on analyse ses messages depuis le début et on pense que « vie réelle » égale « vie sans confinement » : le « flot de ma vie » serait ...

- ... les gens qui passent devant toi tous les jours, complète Lou. C’est quelqu’un de ton collège, c’est évident !

- On s’est dit ça, Juju et moi, je murmure. C’est pour ça que je vais lui écrire : « 275 ados dans mon collège. Sans moi, il en reste 274. Tu es un mystère TROP mystérieux ! ».


Lou lève le pouce tandis que j’envoie mon message. Une double tornade entre dans la cuisine : les deux petites L sont enfin rhabillées.

- La salle de bains est tellement propre qu’elle brille, annonce Lisa. Mettez vos lunettes noires pour y entrer !

- Oui ! Et comme on a passé une journée de vacances trop fatigante à la plage, j’ai une super idée pour nous reposer, propose Luna. On regarde trois épisodes de Princesse Alexandra !

- Ah non, pas encore cette cruche ! s’exclame Lisa.

- Même pas en rêve, lance Lou.

- Je veux bien regarder ta série préférée avec toi, mais le 34 mai, je conclus avec un sourire hypocrite.
 

Luna a l’air satisfaite de cet accord. Je jette un œil à Lisa et Lou qui rient en douce. Bon. Finalement, « entre quatre L », les vacances ne seront pas si longues que ça !

 

À SUIVRE...

Sophie Rigal-Goulard

Episode suivant < >  Episode précédent

Livres liés